Quelles seront les tendances et les bonnes pratiques des années 2020 ? À l’occasion de ses 20 ans, Webhelp recense celles qui méritent de vous inspirer en ce début de décennie. Dans cette tribune, Jalil Lahlou, Directeur BU Télécom & High-Tech chez Webhelp, tire les leçons de l’accompagnement quotidien de fabricants de smartphones, opérateurs télécoms et sites e-commerce.

Comment va se développer l’IoT dans la décennie qui s’ouvre ? La question peut sembler vertigineuse, dans des secteurs aussi différents – mais connectés – que la domotique, la santé connectée, la sécurité des personnes et des biens, les véhicules connectés, et la smart city… Faisons ce pari – pas trop risqué : les acteurs de l’IoT, petits et grands, vont s’inspirer du succès des fabricants de smartphones, des opérateurs télécoms et des sites e-commerce. C’est la voie de la raison : adopter, au plus vite, leurs bonnes pratiques en matière d’expérience client.

Hélas, force est de constater en ce début d’année 2020, en France, que la majorité des acteurs n’a pas encore pris ce cap ! Pour l’heure, l’expérience client est assimilée… à l’UX, ni plus, ni moins. Ce biais d’interprétation est normal, dans la mesure où ces acteurs ont une très forte culture digitale. Améliorer l’expérience client, c’est peaufiner le parcours digital et le selfcare. Point final.

Cette position de départ a été celle de nombreux acteurs du numérique, il y a quelques années. Souvenez-vous du point commun entre les fabricants de smartphones, les opérateurs télécoms et les sites e-commerce de l’époque : ils cachaient leur adresse et leur numéro de téléphone !

 

IoT : créer une expérience client omnicanale et satisfaisante

Depuis cette époque, ceux qui ont réussi ont fait ce constat : les humains ne sont pleinement rassurés… que par les humains. Ou par le simple fait qu’un humain soit joignable, d’une façon ou d’une autre. En tous cas, des humains qui se cachent derrière le numérique, cela brise tout de suite la confiance.

En pratique, ces acteurs ont ouvert progressivement le canal voix, en suivant 3 principes :

  • réduire la dépense au minimum,
  • intégrer le canal voix intelligemment dans la stratégie omnicanal,
  • assigner des objectifs qualitatifs au canal voix.

Cette stratégie s’est avérée payante, souvent en s’appuyant sur des partenaires ayant une expertise 360° de l’expérience client, au niveau national et international. C’est-à-dire des partenaires capables d’intervenir à tous les points de contact entre une marque et un consommateur.

Dans ce type de partenariat, l’idée générale est de construire un parcours qui priorise et optimise le selfcare, afin de réduire les coûts. L’objectif étant d’améliorer l’expérience client dans les tâches complexes ou perçues comme risquées.

Dans le cas de l’IoT, il s’agit d’un premier achat pour beaucoup de clients. Et si ça ne marche pas, certains voudront parler à quelqu’un. Au passage, ils feront remonter des idées d’amélioration du produit, du service, ou du dispositif de selfcare (ce qui va nourrir une IA par exemple). Si ça marche, ils le feront savoir sur les réseaux sociaux et dans les avis clients ! Et le prospect sera devenu un ambassadeur de la marque, voire un influenceur.

 

IoT et CX : le selfcare comme priorité

Pour en revenir au selfcare, on constate aujourd’hui que les marques de smartphones, par exemple, reparlent de FAQ – alors que le sujet n’était plus une priorité depuis 2 ou 3 ans. De même, on laisse au client la possibilité de parler à quelqu’un. L’objectif étant de créer un mix intelligent entre les canaux.

Même les startups fintech, à fort ADN numérique, l’ont bien compris, comme nous l’observons via l’accélérateur de l’expérience client The Nest by Webhelp. Pourtant ces startups peuvent revendiquer un haut niveau de maîtrise de l’UX et de la CX ! Agiles et pragmatiques, elles n’hésitent pas à monter des POC pour valider leurs hypothèses en matière d’expérience client.

 

Pour conclure, quand il est bien maitrisé, le canal voix génère de la valeur en avant-vente, en orientant le prospect vers les produits à valeur qui correspondent à son besoin. Ce canal a aussi la capacité de rassurer sur certains aspects anxiogènes ou mal compris du produit (« qu’allez-vous faire de mes données ? »). Enfin ce canal peut aussi, en aval, aider le client dans le cadre de l’installation, de l’utilisation ou du renouvellement de son produit. Chaque stratégie étant unique !

Et vous, qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à me contacter :  Jalil Lahlou, Directeur BU Télécom & High-Tech chez Webhelp.


Continuez votre lecture :