En France, l’immobilier semble avoir longtemps résisté à la vague de l’ubérisation. L’arrivée de nouvelles startups et incubateurs immobiliers pourrait changer la donne. Startups ou grandes entreprises installées, le succès dépendra de l’aptitude à combiner et maîtriser 4 domaines clés : le big data, l’Intelligence Artificielle, le KYC et l’optimisation du parcours client.

L’immobilier fait de la résistance ! Ce gigantesque secteur d’activité économique, qui bat des records, se fait pourtant remarquablement discret dans l’Étude annuelle 2017 du Conseil d’Etat (Puissance publique et plateformes numériques : accompagner l’ubérisation) ou dans L’Observatoire de l’ubérisation.

Seule la location immobilière de courte durée – popularisée par AirBnB, Locacity, ou Sejourning – semble avoir adopté massivement le modèle plateformiste. Quant à la location de parkings (Mobypark, Parkadom, Prendsmaplace, Zenpark…), elle se met doucement en place.

« De nombreux indicateurs incitent cependant à parier que l’immobilier est à la veille de profonds changements, note Olivier Poggioli, Directeur de la Business unit services financiers et immobiliers chez Webhelp. La multiplication du nombre de startups, le développement d’incubateurs spécialisés, et l’organisation d’événements collaboratifs ou hackatons, en sont les preuves tangibles. »

Les incubateurs et hackatons immobiliers se multiplient

Pour exemple, l’incubateur Impulse Partners a ouvert 3 sites, à Paris, en 2017. Tourné vers les entrepreneurs de l’immobilier et du BTP, il a conclu un partenariat avec Real Estech, la communauté des entrepreneurs de l’immobilier, qui se donne mission de trouver, suivre et développer les meilleures startups susceptibles de bouleverser le secteur.

A noter aussi, au sein des incubateurs Paris&Co, la plateforme d’innovation Immobilier de Demain : elle totalisait déjà 38 startups incubées et plus de 11,3 million d’euros de levées de fonds en 2016 !

Du côté des hackatons et des événements collaboratifs, on peut citer par exemple le premier hackathon du logement social, organisé par le bailleur Habitat 76, en octobre dernier, à Rouen.

Déjà des dizaines de startups dans l’immobilier français

Concernant les startups innovantes, parmi des dizaines, on peut citer quelques exemples :
MeilleursAgents : la plateforme immobilière en ligne permettant d’estimer le prix de son bien et de trouver une agence immobilière. A levé 7 millions d’euros en 2016. Le nombre d’agences partenaires dépasse 8000, soit près d’une agence sur trois.
• HomeLoop : grâce au big data et à la visite d’experts, la startup peut estimer ou acheter en 48h un bien immobilier, ou s’engager à le vendre sous 3 mois. A remporté le prix RENT ( Real Estate & New Technologies) de l’innovation 2016.
Proprioo : sur le modèle de la fameuse startup Yopa, devenue le 3e acteur du marché immobilier au Royaume-Uni. L’agence immobilière en ligne Proprioo supprime la commission variable des agences et la remplace par un forfait fixé à 990 euros !
• 100 startups innovantes sont recensées dans le livre L’immobilier demain – La Real Estech, des rentiers aux entrepreneurs.

Au coeur de la compétition : rapidité, expertise, et expérience utilisateur

« La réactivité va devenir un avantage concurrentiel dans l’immobilier, poursuit Olivier Poggioli. Pour exemple, HomeLoop est déjà capable d’émettre une offre d’achat en moins de 48h, alors que le délai moyen est de 2 à 3 mois ».

Cet impératif de rapidité est au coeur des solutions d’identification des locataires proposées par Webhelp KYC Services – GreenPoint. « Nous sommes capables de traiter le dossier de candidature d’un locataire en quelques heures, et de vérifier qu’il ne comporte pas d’irrégularités – une feuille de salaire truquée, par exemple », confirme Hervé De Kermadec, fondateur de Webhelp KYC Services – Green Point.

Quant à l’expertise humaine, elle ne disparaît pas toujours du modèle des startups actuelles, comme le souligne Olivier Poggioli: « De même que le phygital, c’est-à-dire la cohérence entre l’espace de vente physique et l’espace digital, s’est imposé dans le commerce, l’immobilier devra réussir à associer l’expertise humaine de proximité et les outils numériques ». L’immobilier n’est donc pas près de supprimer la relation humaine, source de confiance…

« Autre outil innovant, le big data est au coeur de l’activité d’Homeloop, pour reprendre cet exemple, ajoute Olivier Poggioli. Il permet de faire des estimations rapides. Et aujourd’hui, le couplage du big data avec l’Intelligence Artificielle ouvre des possibilités qui échappent à l’intuition humaine : dans ce domaine, les outils sont prêts et tout est à faire. » Pas de doute : l’immobilier va bientôt sortir de son immobilité !