Tips to conquer an Italian market

Italy is a priority market for fashion and ready-to-wear brands, hence the dedicated Italy workshop that took place during the 2018 Traffic trade show. Here we give you an overview and top tips from Anne-Laure Druguet, Director of Projects at the Fédération Française de Prêt à Porter Féminin, and Claudio Milani, CEO of Webhelp Payment Services in Italy and Greece.

"Italy is France's number 1 customer, followed by Germany, the United Kingdom, Spain and the United States," says Anne-Laure Druguet, Director of Projects at the Fédération Française de Prêt à Porter Féminin, who specialises in helping French brands export.

In fact, the nature of the Italian market appears to make it an unmissable opportunity for France's ready-to-wear brands:

  • €66 billion annually, with a positive trend
  • 10.5% of France's exports in terms of value (up 7.1% on 2016)
  • In 2016, Italian women spent 10 billion euros on clothes, with the Italian menswear sales volume approaching 7 billion euros.
  • Distribution: mainly through franchises, chain stores and the retail sector (47%), followed chiefly by multi-brand stores (24%), department stores (13%), and online sales (5%).
  • There are big differences between Italy's regions, with the North being a more buoyant market.

1 – Make sure you have the right agent in Italy

Our assessment above focuses more on quantity, but Claudio Milani, CEO of Webhelp Payment Services in Italy and Greece, was more interested in talking about quality: “There are a huge number of stores in Italy, even in small towns and villages. With the odd exception, you can't “sell on your own” in Italy; you have to go through one or more agents, at regional or national level. Contrastingly, committing to a retail network appears to be a risky business."

But should your agent be single-brand or multi-brand? Claudio Milani says, "A small or medium-sized company would be ill-advised to take on a single-brand agent."

And Anne-Laure Druguet adds, "It's important you have the right fit with your agent and ensure you have the same objectives and development potential. You must also make sure you pin down your methods, such as reporting frequency, and agree a mutually binding commitment in writing.”

The Federation offers French brands help with drawing up agent contracts.

Claudio Milani hammers home the point with a quip: "You know who our best allies are? Agents. And our worst enemies? Agents." Hence his advice: “Find the best possible fit between your brand, your products and your agent”.

2 – Choose the safest payment methods and conditions

Like any market, the Italian market has its own particular payment methods, conditions and practices.

Webhelp Payment Services takes care of customer collection management and trade receivable management and acts as an insurance intermediary in various countries, including Italy. This means that Webhelp Payment Services enables you to personalise your payment methods and conditions individually to each of your clients.

To find out more, and in particular for details of the payment methods and conditions best suited to the Italian market and the best way to protect yourself from non-payment, feel free to get in touch with Claudio Milani.

3 – Devise a strategy tailored to the Italian market

As Claudio Milani says, “It's not enough to set yourself financial objectives in penetrating the Italian market. You have to devise, challenge and then implement your own specific strategy”.

This strategy must be consistent with your brand identity and culture. "But beware of imposing your own rules: think globally but act locally," adds Claudio Milani.

4 – Find the balance between sales and finance

Claudio Milani's last piece of advice: “If you focus solely on increasing sales, you'll expose yourself to a lot of risks. And if you put too much emphasis on financial security, you're in danger of missing some great opportunities. You have to strike the right balance to be successful!"

 

For more information, go to our website.


International B2B e-commerce: 5 mistakes to avoid

B2B ecommerce

Increasing numbers of B2B businesses both large and small are setting their sights on trading internationally through an e-commerce platform. To give yourself the best chance of making a decent fist of it, Axel Mouquet, CEO of Webhelp Payment Services, proffers his advice and explains which mistakes to avoid.

At Webhelp Payment Services, we know all about trading internationally: we cover 35 countries and we collect 80% of our payments (€1,5 billion a year) outside France on behalf of B2B vendors.

As a payment institution, at Webhelp Payment Services we help our clients to devise and manage their B2B payment strategy. Our shared objective is to improve the customer experience and develop a secure business.

To this end, we offer risk management, transaction management and non-payment management services, working internationally with brands such as Conrad, Aniel, IPH, Procsea, Conforama, Le Duff and Rungis International Market.

From day-to-day practice and our observation of the market, we have identified 5 avoidable mistakes:

    1. The ‘everywhere-at-once, all-at-once’ strategy. The temptation is to launch in several countries at the same time instead of introducing a gradual rollout (which is more advisable as we shall see later). In this faulty model, the starting point is often the home-country e-commerce website or the reference website, which is then cloned and rolled out simultaneously in the different languages and countries. Typically, this is done by employing translators to translate the existing content. But you can bet your bottom dollar (or euro) that it won’t work!
    2. A succession of ‘cut-and-paste’ openings. In this variation on the faulty model above, the plan is to proceed country by country, simply ‘cutting and pasting’ from one site to the next. But here too you’ll be heading for trouble, as B2B conventions vary hugely from country to country. You have to understand and follow not only the law but also business practice, decision-making cycles and order-validation circuits for example. It’s therefore a no-brainer: you must redesign the site – and the customer experience – for each country or region.
    3. Staking everything on adwords. This is perhaps the costliest strategy: the company invests a fortune on buying adwords in the hope that this will capture demand. Of course, you must not neglect or forget about digital marketing, but human contact is important too! In B2B commerce, building a relationship of trust – between professionals – is crucial, especially when your business is starting out. You have to devise a sales force deployment strategy on the ground or operating in the local language. And later you will have to regularly tweak your mix of digital and on-the-ground presence.
    4. Over-centralising your business. Is your company based in Paris, Lyon or Bordeaux? Then it’s there that all of your international operations will be based. We cannot say it often enough: in B2B you must ensure you have a physical presence local to your customers. And your customers will want to check that this presence is on offer, even if it is just a sales or logistics service. In B2B, digital commerce will never do away with borders completely!
    5. Having the same payment conditions everywhere. To speed things up when rolling out your B2B e-commerce platform internationally, it is tempting to standardise your payment conditions. But experience shows that even within Europe there are major differences here, and some of them may even put you at risk. There are differences between payment conditions, respecting payment deadlines, legal aspects of the market, etc., and you also have to take into account local competition, prices and products and services on offer. And in B2B, assessing customer credit risk is crucial. Webhelp offers a range of specific international commerce solutions.

    In summary, our advice is not to spread your resources too thin and to tailor your offer to each locality. To become an international business you will have to identify the key success factors for each country and focus your efforts on them.

    And here are 5 examples of approaches that work well, where we have helped our customers grow their B2B business internationally.

    1. Introduce a gradual, tailored rollout. The idea is to be realistic, starting with the country or region that appears to present the fewest operational difficulties and learning all the lessons you can before expanding elsewhere. On each occasion, you must take the time to understand the specific characteristics of the local demand. You should implement a carefully thought-out, localised approach incorporating co-design and co-construction.
    2. Use the marketplace model. The marketplace model has certainly proved its worth in B2C and now represents a tremendous opportunity in B2B since all the tools and methods are already available. This strategy enables you to construct your offer locally, minimising the risks, investment and any logistical problems involved. And you also have the option of signing up dependable salespeople with a good reputation who are already in place. At Webhelp, we think this model is becoming the go-to approach and that you should consider it very carefully. In other words, you’ll have to have very good reasons not to adopt a marketplace-based approach!
    3. Make sure you have localised payment strategies. This is where Webhelp Payment Services comes in: devising, implementing and managing the complete payment circuit, with the option of including credit insurance, constructing a secure business model for the country in question and taking into account specific customer risks. In this respect we are able to provide tailor-made solutions on the basis of conventional or pooled distribution of profits/risks.
    4. Build locally with international partners. Your success is conditional upon knowing the ins and outs of B2B practices in the country or region concerned. Giving yourself the ability to identify and work with international partners gives you a decisive advantage. Especially if your growth objectives – organic or external – are ambitious.
    5. Develop a local sales force. As we have seen, B2B is not all about digital technology. You should consider gradually introducing sales forces on the ground.


Advantages of outsourcing

Business process outsourcing (BPO), usually known simply as outsourcing, is the most effective way to stay in control of your company's support functions. Here are eight reasons why your business should be outsourcing.

Reduce your costs
With process automation and resource sharing, most BPO solutions will help you bring down your operating costs.

Get a clearer idea of costs
In many cases it is hard to clearly identify the costs associated with carrying out individual processes because they are incurred at different levels within your organisation. BPO solutions enable you not only to identify your costs accurately but also result in variable costs that adapt automatically to your business activity, as opposed to fixed costs which are very hard to change (such as your payroll and systems depreciation).

Improve quality
With highly specialised teams on board, you can keep pace with changes in the law and get access to innovative systems and skills that are not available in-house.

Greater flexibility
Managing fluctuations is delegated to companies able to balance the workload of several clients, with different cycles.

Reorganise your company
By outsourcing certain functions to BPO partners, you can refocus your organisation and reorganise it to meet your needs.

Little or no investment required
Your financial situation can quickly improve because you will have direct access to advanced systems and processes without any investment on your part.

Changes to processes
You can instantly improve the way a particular function operates without having to implement long training workshops, call on consultants or make senior management support investments.

Benefit from someone else's expertise
When you outsource to a partner, you benefit from their expertise because the task you are passing on to them forms part of their core business, their specialty. This means they can offer you an effective, professional service in line with the latest legal, economic and technological developments in the sector.

If you have enjoyed this article, feel free to share it or take a look at our website!


[FIAC 2016] Top 10 des artistes les plus cités sur les médias sociaux

Depuis quelques mois, nous assistons à une révolution artistico-culturelle : les réseaux sociaux tels que Instagram, Facebook ou Snapchat semblent être les nouveaux lieux d’échange privilégiés par les artistes pour promouvoir leurs œuvres. C’est en effet un moyen de toucher de nouvelles cibles, souvent plus jeunes et réactives, complémentaires des habitués des salles de ventes et des galeries.

La puissance désormais établie des hashtags #FIAC et #FIAC2016 a ainsi permis aux galeries et aux artistes de s’assurer une visibilité inédite lors de la 43e édition de la Foire internationale d'art contemporain, qui s'est déroulée à Paris du 20 au 23 octobre. L’événement s’est en effet consommé autant dans les allées du Grand Palais que sur les médias sociaux. À cette occasion, le canal le plus important pour les artistes et les galeries d’art a été Instagram, qui draine chaque jour 70 millions d’images dans le monde, dont une partie concerne le marché de l’art. Cette plateforme est un catalogue géant auquel on a accès plus rapidement qu’à un site web ou un catalogue.

Certains artistes de la Fiac sont beaucoup mentionnés sur les médias sociaux.

Ai Weiwei

Ai Weiwei est un artiste chinois aux nombreux talents (architecte, photographe, réalisateur ou encore designer), qui utilise son art au service de ses engagements.

Réputé pour diffuser sur Instagram un peu de tout, il met en avant ses installations, mais aussi des photos qui font intégralement partie d’une œuvre globale, autour de questions sociétales. Aujourd’hui, l’artiste chinois comptabilise plus de 12 900 publications. Ses photographies et vidéos sont suivies par 260 000 personnes.

La directrice artistique amypatriciapurssey, ainsi que la galerie d’art maryboonegallery, sont des comptes Instagram influents pour la visibilité de l’artiste sur les médias sociaux.

ai weiwei

Anish Kapoor

Anish Kapoor a déjà exposé à Versailles, ses œuvres ont fait le tour du monde et son talent n’est plus à contester. L’artiste a notamment gagné en popularité grâce à des jeux de miroirs et de lumière sur Instagram, mais fait également part de son engagement social par le biais de photographies diverses et variées. Il est pourtant proportionnellement assez peu suivi sur Instagram (22 600 abonnés).

Le hashtag #AnishKapoor comptabilise près de 100 000 publications sur Instagram, le grand public étant fasciné par ses miroirs aux multiples perspectives.

anish kapoor

Duane Hanson

Le sculpteur Duane Hanson est une figure majeure de l’hyperréalisme américain, il a consacré son œuvre à témoigner de la société de son temps.

Sur Instagram, le hashtag #duanehanson comptabilise 6 444 publications. Les directrices artistiques samtaylorjohnson (144 k abonnés) et nataliaferviu (368 k abonnés) sont de ferventes admiratrices de l’artiste, et partagent de nombreuses photos de ses œuvres avec leurs communautés sur Instagram.

duane hanson

Christopher Wool

Christopher Wool est un peintre contemporain américain, surtout connu pour ses peintures qui représentent de grandes lettres réalisées au pochoir au trait noir et gras. Le texte contraste avec l’arrière-plan blanc pour obtenir un maximum d’impact visuel.

Des influenceurs comme saekoofficial (1 m followers) et artfullyawear (2,6 k abonnés) apprécient les œuvres de l’artiste et partagent des photos de ses œuvres avec leurs communautés.

wool

Latifa Echakhch

Latifa Echakhch est une artiste plasticienne contemporaine française, créatrice d'installations.

Le hashtag #LatifaEchakhch comptabilise 1 306 mentions. Les galeries d’art galleriesnow (37,1 k followers) et christiesparis (12,6 k abonnés) sont notamment à l’origine de la réputation naissante de cette nouvelle artiste.

echkack

Walid Ra'ad

Walid Ra'ad est un artiste libanais qui utilise un large éventail de techniques et de formats (texte, photographie, vidéo, édition, installation, performance) autour d’une réflexion sur les représentations possibles d’un pays en guerre.

Le hashtag #walidraad comptabilise 2 268 publications sur Instagram, notamment grâce à la promotion de galeries d’art telles que claraartsny (18,4 k abonnés) ou de collectionneurs d’art contemporain comme parisarty (3,7 k abonnés).

Vincent Mauger

Vincent Mauger est un sculpteur français contemporain.

Ses œuvres massives sont très prisées par les instagrameurs, qui ont par exemple été 463 à partager sur Instagram Les Injonctions paradoxales, exposée dans le Jardin des Tuileries lors de la Fiac 2016. En effet, de nombreux photographes amateurs d’art, comme chrissen (18,5 k abonnés), ont publié des photos de son œuvre sur Instagram.

Tatiana Trouvé

Tatiana Trouvé est une plasticienne italienne. En un jeu de dimensions, de perspectives et d’échelles, son œuvre se joue du temps et de l’espace, qu’elle renouvelle à partir d’installations, de dessins, de sculptures ou d’espaces architecturés.

Même si l’artiste ne possède pas de compte Instagram, elle est très populaire et le hashtag #tatianatrouve comptabilise 1 904 publications sur Instagram. Les collectionneurs d’art comme collecteurs (173 k followers) et les galeries telles que koeniggalerie (40,3 k abonnés) partagent des photos des œuvres de l’artiste sur Instagram et contribuent donc à sa popularité.

Jean-Michel Basquiat

Jean-Michel Basquiat est un artiste américain reconnu pour avoir amené le graffiti dans le monde de la peinture.

Sa notoriété est importante, puisque son compte Instagram est suivi par plus de 106 000 amateurs d’arts et le hashtag #jeanmichelbasquiat comptabilise 56 632 publications.

Les galeries comme art_fabrique (35,5 k abonnés) continuent d’alimenter cette notoriété et revendent les œuvres de l’artiste à prix d’or.

Alina Szapocznikow

La sculptrice polonaise Alina Szapocznikow et sa célèbre œuvre « bouche » continuent d’interpeller les internautes, qui sont nombreux à partager des photos sur les médias sociaux.

Les collectionneurs comme artbasel (860 k abonnés) sont friands de ses œuvres et partagent leurs coups de cœur avec leurs communautés. Le hashtag #alinaszapocznikow comptabilise ainsi 700 publications sur Instagram.


Marketplace : Vendeurs, Pure Players et Distributeurs, quel est votre rôle ?

Sur une marketplace B2B on peut retrouver trois types d’acteurs : ceux qui la rejoignent, c’est-à-dire les vendeurs, et ceux qui en sont à l’origine, c’est-à-dire soit un pure player qui la créé, soit un distributeur qui en devient une. Chacun d’entre eux a des attentes à satisfaire et des défis à relever.

 

Le vendeur indépendant : rejoindre une marketplace

Aujourd'hui, en B2B, beaucoup d'e-commerçants et de retailers sont face à une décision stratégique : rejoindre une marketplace ou poursuivre en solo. L'idée de rejoindre une marketplace apparaît comme une excellente opportunité, quand on se souvient que moins de 20 % des entreprises B2B françaises font de la vente en ligne !

Cependant, pour être au niveau de qualité attendu par une marketplace, il faut prendre la mesure des changements à opérer :

 

  • devenir parfaitement cohérent avec les exigences qui font l'identité de la marque,
  • se démarquer, face aux autres vendeurs, au-delà du produit et du prix,
  • offrir une relation client de qualité élevée, pour ne pas se retrouver déclassé à terme.En clair, il faut considérer la marketplace comme un nouvel écosystème, prometteur mais très exigeant, dans lequel s'intégrer au mieux. Pour cela, il est possible de faire appel à un partenaire qui apportera une "brique" relationnelle : la gestion de la relation client sur tous les canaux (téléphone, email, SMS, tchat, médias sociaux...).

De plus, si nécessaire, votre partenaire pourra prendre en charge la production, l'optimisation et la mise à jour de votre catalogue de produits ou services. Quant à la logistique, elle peut également être sous-traitée avantageusement.

 

Le pure player : créer une marketplace

Quand un pure player détecte un besoin B2B insatisfait, il peut décider de se lancer dans la création complète d'une marketplace. Ce nouvel entrant a carte blanche, et il n'est pas confronté à la difficulté de "disrupter" sa propre structure puisqu'il la crée entièrement (comme l'a fait Bizmeeting dans le domaine de la réservation des réunions et séminaires d'entreprises).

 

Le distributeur : se transformer en marketplace

Un distributeur, ou une centrale d'achats, peut décider d'ouvrir une place de marché -ce cas est aujourd'hui le plus fréquent. Le défi est de niveau élevé : il consiste à créer une entreprise dans l'entreprise, ou à en refondre l'organisation autour d'un nouveau business model.

Dans ce cas, l'entreprise va créer une disruption interne : certains métiers ou domaines d'expertise forte -qui ont fait le succès de l'entreprise -vont être remis en cause. En résumé, l'entreprise va pratiquement réinventer chacune des strates de son organisation (cadre juridique, équipes, processus, partenaires, pratiques commerciales, relations avec la force de vente, expérience client...). Tout l’enjeu est d’y parvenir sans renier son ADN, mais en lui donnant plus de force, grâce à la marketplace.

En amont de cette disruption d'organisation, il faudra d'abord accompagner une transformation de l'état d'esprit et des schémas mentaux(mindset) des principaux intéressés. Dans l'idéal, ils devront désirer -et au pire accepter -qu'un nouveau modèle économique vienne servir toute l'entreprise.


Le rôle des médias sociaux

lorem dqkjbqkjbqdjsbqjdbqj

bonjour

  • kfjbsdjkfbjdbfjsdbfkjsbksbdkfbs
  1. egaement
  2. DMS - role medias bonjour

La place des médias sociaux dans l’univers automobile

Les médias sociaux sont devenus aujourd’hui un moyen de communication incontournable pour les marques, quel que soit leur secteur d’activité. Ils sont présents dans tous les domaines de la relation client, en partant de l’avant-vente au service après-vente. Plus aucune entreprise ne peut se permettre de le négliger.

Le secteur automobile n’a pas été épargné, bien au contraire. Il est peut-être un de ceux où les médias sociaux ont été le plus largement adoptés. Les marques ont en effet créé non seulement les traditionnelles pages et autres comptes dans la plupart des pays et langues où elles sont présentes, mais il n’est pas rare qu’elles ajoutent des pages spécifiques à leurs nouveaux modèles ou encore leurs activités parallèles, comme le sport automobile et la Formule 1.

Il semble donc important de faire un tour des forces en présence avant même de se poser la question des nouvelles pratiques dans le milieu.

 

  1. Automobile et médias sociaux : force en présence et objectifs

 

En réalisant un tour des forces en présence sur les réseaux sociaux en France, on arrive rapidement à voir que les marques françaises ont une place de choix, en étant toutes les trois sur le podium. Le marché peut ainsi se résumer en différents points.

 

  • Les marques françaises leaders sur le digital en France

 

Renault est leader sur le digital, devant Citroën et Peugeot. La marque décline les supports en investissant massivement sur l’ensemble des plateformes et affiche des performances élevées, notamment sur Facebook, YouTube et Twitter. La marque est aussi à l’affût des tendances avec le lancement de son compte français sur Instagram, qui peine encore à totalement émerger.

 

  • Les marques allemandes et le haut-de-gamme en challengers

 

Volkswagen, comme pour les ventes, arrive 4e constructeur automobile en présence sur les réseaux sociaux. L’entreprise a construit un écosystème étoffé et puissant en France.

Les marques premium Mercedes-Benz, Audi ou BMW ont, quant à elles, une énorme capacité à fédérer et à engager sur les réseaux sociaux. Elles possèdent de très grosses communautés suivant fidèlement les contenus.

 

  • Facebook & YouTube comme piliers de présence sociale

 

YouTube reste le pilier des marques pour la publicité et la publication des contenus promotionnels. Vient ensuite Facebook, avec plus de 6,5 millions de fans cumulés pour l’ensemble des constructeurs en France. L’automobile compte parmi le secteur du Top 100 le plus actif sur Twitter.

Pinterest, et encore plus Instagram, sont les nouvelles cibles de ce secteur, où l’ensemble des marques investit massivement. Seul Dailymotion et Google+ sont délaissés de leurs stratégies sociales.

 

  • Le virage mobile en ligne de mire

 

La plupart des sites des constructeurs sont aujourd’hui adaptés au mobile et intègrent les nouvelles fonctionnalités, comme la géolocalisation pour les concessionnaires.

À l’inverse, les marques se donnent aujourd’hui pour priorité d’intégrer les médias sociaux, et plus largement le web, aux systèmes multimédias de leurs véhicules.

Trois objectifs se dégagent dans l’approche des marques sur les réseaux sociaux :

  • un objectif image, qui est celui de montrer aux internautes et fans que leurs modèles restent les meilleures voitures, haut de gamme et innovantes ;
  • un objectif vente, qui est celui de rester dans la shopping list des internautes et de maintenir leur position en termes de ventes ;
  • un objectif d’écoute des consommateurs. Le service à la clientèleà un impact essentiel pour leur business. Beaucoup de concessionnaires utilisent les réseaux sociaux comme un outil de marketing sur plusieurs années, afin d’améliorer leurs opérations de service à la clientèle, mais aussi les ventes via la surveillance sociale.

 

  1. Listening et SAV

 

Comme pour toutes les marques aujourd’hui, les médias sociaux sont l’outil idéal pour monitorer l’image de l’entreprise. Ils permettent de définir qui sont les influenceurs à approcher pour mettre en avant les véhicules et créer de véritables communautés de fans, afin de fidéliser le plus possibles les clients de la marque.

Ils sont aussi le meilleur moyen de détecter les nouvelles tendances et les nouvelles technologies à adapter à ses modèles. Les indispensables à intégrer afin de garantir les ventes. Les médias sociaux comme Twitter, où l’on peut contacter directement la personne, sont aussi un formidable moteur de l’innovation. Ils permettent d’échanger très vite et, donc, d’aller chercher les nouvelles idées à la source.

Une stratégie efficace permettra aussi de s’approcher au plus près des clients ayant des soucis avec leur véhicule et d’interagir directement avec eux, afin de régler au plus vite la situation.

 

  • Un outil d’avant-vente ultra puissant

 

Le web tient aujourd’hui une place prépondérante dans le parcours de recherche d’une nouvelle voiture. Les constructeurs, comme les concessionnaires, ont donc tout intérêt à intégrer les réseaux sociaux dans leur stratégie marketing. Cela leur permettra de rentrer en contact avec leurs prospects dès les premiers instants de leur recherche.

Les acheteurs de voiture passent en moyenne 90 % de leur temps de recherche d’information en ligne. Pour les constructeurs automobiles, il s’agit d’un nouveau défi. Ils doivent entrer en contact avec le client en ligne et l’attirer jusqu’à l’achat dans une concession.

La mise en place d’une stratégie de communication sur les réseaux sociaux est aujourd’hui incontournable. Surtout quand on sait que 28 % des acheteurs de voitures déclarent qu’ils consultent les réseaux sociaux dans le processus de décision d’achat d’une voiture.

 

  1. Blogueurs et youtubers

 

Dernier pendant de l’univers automobile aujourd’hui, la présence de nombreux blogueurs et youtubers dont le contenu est presque exclusivement dédié à l’automobile.

En plus des différents magazines spécialisés possédant tous une chaîne YouTube et un site web, de nombreuses personnes créent aujourd’hui du contenu et partagent leurs aventures automobiles ou leur passion, autour d’un modèle ou d’une marque. Ils deviennent ainsi les meilleurs ambassadeurs des marques et leur avis est au centre de la décision des acheteurs éventuels.

Côté concessionnaire, les clients sont de cette manière de plus en plus avertis des soucis rencontrés avec leur véhicule. Un élément qui peut être décisif lors du passage de celui-ci pour une réparation ou même une simple révision.

Les forums sont toujours une aussi grosse mine d’informations. Ils sont donc à surveiller de très près par les marques, afin de protéger leur image.

L’industrie automobile est une des plus vieilles du monde, mais connaît des révolutions technologiques qui bouleversent sa manière de produire – et encore plus de vendre ses produits. Ils sont l’un des sujets les plus discutés à travers les médias sociaux et restent souvent au centre de la vie de leurs utilisateurs.

Les marques l’ont très bien compris et sont donc présentes sur l’ensemble des réseaux disponibles. Les nouvelles technologies de social listening, ou même de visual listening, deviennent donc des outils indispensables à leur stratégie marketing. Enfin, l’industrie automobile peut être l’exemple parfait de l’importance de l’image de marque et doit donc veiller constamment à proposer des contenus d’une qualité irréprochable pour la protéger.